A Propos de Nous et de Costebelle

site mode d'emploi


Le site public du CIL de Costebelle, dans lequel vous êtes actuellement, est une mine d'informations diverses. Les différents paragraphes sont censés répondre à vos attentes ou vos interrogations.

                  MENU
accueil :
        bienvenue :c'est le Mot du Président et les informations factuelles
       présentation : la page où nous présentons le CIL de Costebelle et notre Quartier.
nos activités : ce sont les sujets en cours.
nos actions : c'est le catalogue des projets menés à bien par le CIL
événements : vous y trouverez des vidéos et des photos des moments forts de nos rencontres et de nos animations.
tribune libre : c'est l'endroit où des sujets de société, pouvant nous concerner, sont exposés.
contact : vous pouvez laissez vos messages et commentaires.

dans la page 'accueil' vous pouvez accéder au site privé, réservé aux adhérents, où vous y trouverez les documents relatifs à la vie de notre association : comptes rendus d'Assemblée Générale, de réunion de bureau

webmaster


Information l'association du CIL de Costebelle



Périmètre du CIL de Costebelle     carte du CIL



Histoire de Costebelle


Histoire de Costebelle
GRANDS HOTELS de renom - Séjour de la reine Victoria
1er GOLF de 18 trous de la Côte d’Azur - 1ère PISCINE d’eau douce de la Côte d’Azur

 

 
Cette belle colline au climat très doux, si proche de la mer, offre une très belle vue sur Giens et les Iles d’Or. Stéphan Liegeard, poète Bourguignon résidant à Hyères, ne sait pas qu’il vient d’inventer un nom le plus prononcé en France lorsqu’il y prononça pour la première fois l’expression “Côte d’Azur”, en publiant en 1887, un recueil de souvenirs.
« Les Grands Hôtels de Costebelle » étaient situés à l’emplacement du Lycée de Costebelle.
Alexandre Peyron, originaire de Carqueiranne, après avoir fait ses classes de cuisinier à Lyon, était parti exercer son métier de chef en Angleterre, où il épousa une Anglaise. Il avait en outre le sens des affaires et revenu dans sa région natale, il comprit tout de suite que le site de Costebelle pouvait facilement attirer une clientèle anglaise dont il connaissait parfaitement les goûts. Il fait construire successivement trois Grands Hôtels de luxe pour accueillir l’aristocratie européenne, en majeure partie anglaise.
 
En 1875, il achète une des premières villa construite sur le site de l’Ermitage, à Costebelle. Utilisée comme pension de famille, dans un premier temps, il transforme rapidement celle-ci et réalise un hôtel de luxe en 1877, le “Grand Hôtel de l'Ermitage”. Alexandre Peyron fait construire et ouvre ensuite les portes du “Grand Hôtel de Costebelle” en 1881, avec également plus de 200 lits. Ce grand hôtel recevra la reine Victoria et il est devenu aujourd’hui l’internat du Lycée Costebelle. Un troisième hôtel, le Grand Hôtel d'Albion, avec 280 lits, s'y ajoute en 1883 et sera inauguré le 1er décembre 1886, bien avant l'accueil de sa "Très Gracieuse Majesté". Celui-ci sera construit avec en partie les capitaux familiaux de son épouse anglaise et ceux d’une autre compagnie anglaise. Lord Sudeley, Lord Sandhurst et le vice-consul britannique à Hyères, Monsieur Corbett, sont les principaux actionnaires et le Grand Hôtel d'Albion est géré par les frères de l’épouse de Monsieur Peyron. Ce troisième hôtel ne sera pas affecté par la visite de la reine, en restant ouvert au public comme d'habitude.
 
Ces trois grands hôtels de luxe, que l’on finit par nommer “LES Grands Hôtels de Costebelle” deviendront rapidement propriété d’Alexandre Peyron et resteront longtemps les plus beaux fleurons de toute l’hôtellerie hyéroise en offrant tout le confort avec des prestations de luxe, sanitaires de premier ordre et notamment de nombreuses distractions sur place.Ils constituaient une station climatique et sportive autonome, entre ville et mer, parfaitement adaptée aux besoins des Anglais et permettaient aux résidents de mener, dans le luxe, une vie tranquille à l'écart de la ville et de pratiquer leurs activités de prédilection.
 
Sur place s'offraient de nombreux jeux de plein air, des promenades dans les sous-bois de pins et des jardins à l’anglaise plantés de palmiers et autres fragrances. L’équipement sportif de haute gamme comprenait un golf dix-huit trous de 4375 mètres, premier du genre sur la Côte d’Azur, un lawn-tennis (5 courts), un croquet-club (5 croquets), un badminton, des écuries, et plus tard la première piscine de la Côte d’Azur …bref le grand luxe. En plus les fidèles anglicans pouvaient pratiquer leur culte dans l'English Chapel du Grand Hôtel de Costebelle (dans laquelle logeait le chapelain).
 
Dès le Xe siècle, à certaines dates anniversaires et surtout le 15 août, les Provençaux, enfin tout le pays varois gravissait en pèlerinage exceptionnel la colline de Costebelle pour venir prier dans une chapelle dédiée à Saint-Michel, ancien prieuré du Xe.
Plus tard, en 1395, la bulle d’un Pape note  "le prieuré de Saint-Michel ou de Notre-Dame de Consolation". L’édifice reconstruit au XIIIe fut dotée en 1860 d’un clocher surmonté d’une grande statue de la Vierge en fonte. Notre Dame de Consolation reste toujours à l’époque de la reine Victoria, un lieu de pèlerinage et la scène de nombreux miracles célèbres.
 

La reine Victoria, impératrice des Indes, séjourne et occupe l’ensemble du Grand Hôtel de Costebelle avec sa fille. Sa chambre esit située plus précisément dans l’aile gauche du Grand Hôtel de Costebelle, grand hôtel qui entre dans le livre des résidences royales.  Sa suite et ses domestiques occupent le Grand Hôtel de l'Ermitage. Une partie de sa famille et ses proches visiteurs logent au Grand Hôtel d’Albion. 
Le Grand Hôtel de Costebelle est actuellement le dernier témoin de cette époque, transformé en internat du Lycée Costebelle.
Il reste quelques traces de la piscine, une chapelle Anglaise laissée à l’abandon.
 
Une équipe supplémentaire de gendarmes était en service pour empêcher les foules d’envahir les espaces des Grands Hôtels de l’Ermitage et de Costebelle, mais il n’y eu aucune difficulté à maintenir l’ordre. Les gendarmes placés sur la route principale menant au Grand Hôtel de l’Ermitage, qui est utilisée seulement par les membres de la suite, appliquent peut-être leurs ordres un peu trop rigoureusement. Un certain nombre de personnes tout à fait distinguées se sont plaintes devant les grandes difficultés éprouvées en cherchant à se rendre à l’hôtel pour signer leurs noms sur le registre de la reine ; en effet, certains ne réussirent jamais à y parvenir.
"Sa gracieuse Majesté" la reine a très bien senti ce qui serait le mieux, de sorte que ce matin, pendant une autre visite dans les  jardins, Sa Majesté sortie de son cabriolet a marché le long des chemins pendant un certain temps. Cette après-midi la même démarche a été faite le long de la route du fort Sainte-Marguerite, dans la direction de Toulon.
 
Des traces tangibles de tout le séjour de la reine Victoria à Costebelle sont répertoriées à l’époque dans des albums créés par l’épouse d’Alexandre Peyron. L’arrière grand-mère de l’auteur a permis à celle-ci de rendre hommage à sa famille et de laisser une mémoire pour la région, décrivant et illustrant le séjour de cette reine dans notre beau pays.
 
Pour en savoir plus : Non distribué en librairie, ce livre peut être commandé directement à mon adresse.
340 rue de Mourèze 34070 Montpellier - 04 67 45 47 92
site http://livrereinevictoria.free.fr - email : contact.livre@yahoo.fr
 
                                                                                                                                            par Martine Peyron
                                                                    arrière petite-fille des propriétaires des Grands Hôtels de Costebelle

                                                                                                                                                                                                          communiqué de presse



Histoire du PLANTIER DE COSTEBELLE :


La maison date de 1857. Elle a été construite pour le baron et la baronne De Prailly, ces derniers habitaient Nancy où Monsieur était président du tribunal, Madame, de santé fragile, passait les hivers à Hyères.
Cette villa rappelle les résidences bâties par l'architecte Palladio à l'époque de la Renaissance en Vénétie. Les éléments architecturaux les plus notables sont: la citerne au centre du rez-de-chaussée et la tour lanterne qui crée un puits de lumière au centre de la maison. La chapelle, consacrée par le Père Lacordaire, ami des propriétaires, date de le même époque. La reine Victoria a séjourné trois mois à Hyères en 1892 et a été reçue au Plantier.
Paul Bourget (1852-1935) achète la propriété à la fille des De Prailly en 1896. A cette occasion la propriété, dénommée précedemment Villa des Palmiers, prend le nom du Plantier. Paul Bourget est alors un écrivain célèbre de 44 ans. Il est déjà académicien. Son oeuvre prolifique est aujourd'hui très démodée.
Au tournant du siècle beaucoup d'écrivains et d'hommes célèbres sont invités au Plantier, on peut citer Henry Bordeaux, Charles Mauras, Maurice Barrès, Melchior De Vogue, Joseph Conrad, André Gide en 1915. Mais l'une des relations les plus proches est Edith Wharton romancière américaine qui elle aussi achète une propriété à Hyères.
Paul Bourget demeura fidèle à la plus ancienne station hivernale de la Côte d'Azur, attirant ses amis célèbres à Hyères alors que beaucoup d'artistes et d'intellectuels lui préfèrent la région de Cannes et Nice.
Ces lieux sont donc chargés de mémoire et nous devons être très reconnaissants à ses anciens propriétaires pour le magnifique décor végétal qu'ils ont su créer.


La colline de Costebelle


Autrefois encadrée de sous-bois enchanteurs et émerveillée de cottages blottis dans les pins et de somptueux hôtels, Costebelle est devenue aujourd’hui un quartier résidentiel en pleine extension.
Son sommet nous offre un magnifique panorama sur la ville et les îles d’or.
La colline est dominée par ailleurs par la Chapelle Notre-Dame de Consolation.
Cet édifice religieux fût construit en 1952 sur l’emplacement d’une plus ancienne chapelle (Chapelle de l’Ermitage datant de 1062, citée dans le cartulaire de St-Victor).
Elle est de facture moderne, véritable alliance de la pierre et du verre, vous pourrez admirer les somptueux vitraux du Grand maitre Verrier de Chartes:Gabriel Loire,qui relatent la passé de la Chapelle qui retrace le passé de Notre-Dame de Consolation au travers de l’histoire de la ville de Hyères depuis 1248.
De curieux ex-voto dont plusieurs du XVe siècle couvrent ses murs et pendent de ses voûtes.